Au gouvernement Picqué, on ne nous dit pas tout

Le gouvernement bruxellois manque de transparence et se caractérise par l'immobilisme, tel qu'en atteste la carence de projets déposés au parlement, ont déploré jeudi les chefs de file de l'opposition MR au parlement régional, Didier Gosuin, Vincent De Wolf et Françoise Schepmans, à l'occasion de la présentation de leurs voeux de Nouvel An à la presse.

"Dans l'équipe Picqué, on ne nous dit pas tout", a ainsi affirmé Didier Gosuin, évoquant les développements du dossier de la station d'épuration nord de Bruxelles, et l'absence de communication sur le rejet par la Commission européenne du plan d'amélioration de la qualité de l'air concocté par les ministres Huytebroeck et Smet.

Selon lui, le gouvernement régional a par ailleurs ouvert un appel à candidatures pour créer un poste de directeur au sein de l'organisme central du tourisme bruxellois, le BITC.

Il y avait 55 candidats et "je parierais que sur les 5 restants, c'est la Conseillère du ministre-président Charles Picqué, Sophie Goemine, qui l'emportera" a ajouté le chef du groupe MR.

Didier Gosuin a une nouvelle fois reproché à l'équipe Picqué de ne pas avoir mis la Région financièrement à l'abri en période vaches grasses, durant laquelle elle a bénéficié de moyens supplémentaires.

Selon lui, on a gaspillé beaucoup d'argent dans des études superflues depuis 2004.

De son côté, Vincent De Wolf a regretté qu'en 17 réunions de gouvernement, les partenaires de l'Olivier n'étaient toujours pas parvenus à se mettre d'accord pour trouver un successeur au patron d'Actiris, Eddy Courthéoux.

(JDD)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés