Ce que la N-VA met sur la table de Di Rupo

Les exigences de la N-VA n'ont pas faibli, en négociations, malgré le profil plus conciliant que Bart De Wever avait affiché durant sa mission d'information, écrit mardi La Libre Belgique. Le parti nationaliste flamand réclamerait notamment le transfert de la tutelle des services de police, de pompiers et de protection civile vers les Régions.

La N-VA demande aussi que l'organisation des élections, la politique de migration et la délivrance des documents d'identité (passeport et cartes d'identité) soient confiées aux Régions.

Elle réclame en outre la régionalisation de la mer du Nord, la partition du fonds des amendes et celle de la SNCB. Elle souhaite que les Régions aient des représentants au conseil d'administration de la SNCB et exige de pouvoir se lancer dans des investissements régionaux différenciés sur le réseau ferroviaire. Cela pourrait conduire à un réseau ferroviaire à deux vitesses, souligne la Libre.

Les francophones, quant à eux, réclameraient une extension du régime des facilités à l'ensemble du Brabant flamand, ce que les Flamands refusent. Les francophones demandent également le refinancement de Bruxelles à hauteur de 500 millions d'euros, tandis que les Flamands consentent un chèque de 65 à 100 millions d'euros. (VIM)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés