Charles Michel: "Une réforme de l'Etat en échange de 15 ans de paix communautaire"

Le ministre démissionnaire de la Coopération au développement, Charles Michel (MR), s'est dit prêt à accepter une "importante" réforme de l'Etat, mais en échange de quinze ans de paix communautaire, dans une interview publiée mercredi par le journal 'De Morgen'.

Selon lui, le prochain accord gouvernemental devra "clairement déterminer ce que le gouvernement voudra réaliser sur le plan communautaire".

"Après les élections, nous devons tout mettre en oeuvre pour conclure un accord communautaire en quelques mois", souligne M. Michel.

Il estime également que tous les partis (de la future coalition) devront s'engager à réaliser cette réforme de l'Etat.

Il qualifie par ailleurs le président du parti nationaliste flamand N-VA, Bart De Wever, d'"homme très dangereux". "Les Flamands doivent voir que le séparatisme signifie le suicide pour les plans économique et politique pour la Flandre", prévient le ministre libéral.

"Les hommes politiques qui deviennent très connus et très populaires à court terme sont souvent très dangereux pour leur peuple", ajoute-t-il.

Selon M. Michel, "cet homme (le président de la N-VA) est un rêveur naïf et manquant de réalisme".

Il juge toutefois qu'un accord sur une réforme de l'Etat sera impossible si la N-VA continuer à donner le ton en Flandre. (LEE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés