Chauffeur de bus agressé: le dépôt de Jodoigne reprendra le travail samedi

Les conducteurs du dépôt TEC de Jodoigne reprendront le travail samedi, a-t-on appris vendredi à l'issue d'une réunion de la commission de coordination de la sécurité. Cette réunion, qui vise à réunir les acteurs concernés lors d'un incident grave sur les lignes des TEC, s'est tenue au lendemain de l'agression d'un conducteur à Jodoigne.

L'agression a eu lieu jeudi dans un bus sur une ligne scolaire. Trois à quatre jeunes s'en sont pris à une jeune fille. Le chauffeur a arrêté son véhicule et est intervenu pour venir en aide à la jeune fille, victime d'attouchements des garçons. Le chauffeur a alors été roué de coups par les jeunes qui ont ensuite quitté le véhicule, non sans lancer des cailloux, brisant trois vitres.

Vendredi matin, les chauffeurs du dépôt TEC de Jodoigne, informés de l'agression, ont décidé d'arrêter le travail.

Ils a toutefois été convenu, après la réunion de la commission de coordination de la sécurité organisée vendredi après-midi, que les conducteurs reprendront le travail samedi, a indiqué le porte-parole des TEC.

La commission de coordination de la sécurité, qui réunissait, sous la présidence de Josly Piette, des représentants des syndicats, du TEC Brabant wallon, de la police de Nivelles, le procureur du Roi de Nivelles, le chef de cabinet du gouverneur du Brabant wallon et le bourgmestre de Jodoigne, a également souligné le comportement "courageux et responsable" du chauffeur agressé.

De son côté, la police de Nivelles s'est engagée à intervenir plus rapidement encore pour ce genre d'incidents.

(BAJ)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés