Chômeurs: les craintes des CPAS wallons "totalement exagérées"

La crainte des CPAS wallons à l'égard des 4 catégories de demandeurs d'emploi qu'expérimente actuellement le Forem est totalement exagérée, a-t-on indiqué mercredi au cabinet du ministre wallon de l'Emploi, André Antoine.

Dans un courrier, dont a fait état "La Libre", la Fédération des CPAS de Wallonie a dit son inquiétude à l'égard d'une note au gouvernement wallon relative au projet de décret sur l'accompagnement individualisé des demandeurs d'emploi.

Afin d'établir des parcours individualisés, le Forem a mis en oeuvre un projet reposant sur quatre catégories de chômeurs, explique la Fédération: les personnes prêtes à l'emploi, les personnes pour lesquelles il faut peu afin qu'elles soient prêtes à l'emploi, les personnes dans un parcours de formation et les "MMPP", c'est-à-dire les personnes qui souffrent de problèmes Médicaux, Mentaux, Psychiques ou Psychiatriques.

La dernière catégorie inquiète plus particulièrement les CPAS, pour la façon dont la sélection sera opérée et pour les conséquences que pourraient subir les CPAS. Ceux-ci craignent que le suivi de ces chômeurs ne leur soit confié.

Selon la Fédération, même en recevant un financement supplémentaire, il s'agit d'une mission trop lourde pour laquelle les CPAS ne sont pas suffisamment armés.

Le cabinet de M. Antoine s'est voulu rassurant: il s'agit d'un projet pilote, et non d'un acquis politique, visant à adapter le parcours d'insertion à chaque demandeur d'emploi, a-t-on assuré.

Le Forem a abondé dans le même sens.

"Si l'on prend en compte ces problèmes, c'est qu'on les considère toujours comme des demandeurs d'emploi", a-t-on fait remarquer. (MUA)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés