Communauté française: après un ministre, les députés râlent sur les commissions

Après la mauvaise humeur manifestée lundi par le ministre Jean-Marc Nollet à propos de l'absentéisme en commission du parlement de la Communauté française, ce sont des députés qui se sont plaints mardi de l'organisation de ces commissions, qui les empêche de poser des questions.

Lundi, M. Nollet avait manifesté discrètement une contrariété cependant manifeste et visiblement partagée par certains de ses collègues, à propos du fait que nombre de parlementaires ne venaient finalement pas poser les questions qu'ils avaient déposées en Commission.

Ces questions nécessitent un important labeur de la part des collaborateurs des cabinets, qui y travaillent parfois le week-end, alors que les députés ne les posent même pas. Sans oublier que le ministre doit parfois venir de Namur pour répondre à... une seule question, fait-on valoir dans les cabinets.

Mardi, c'est Véronique Salvi (cdH) et Richard Miller (MR) qui y sont allés de leurs critiques, en commission de l'Audiovisuel. Etant obligés de poser leurs questions simultanément dans plusieurs commissions, ils doivent accomplir d'incessants va-et-vient entre les locaux du parlement et se voient parfois privés de question, comme le règlement le prévoit en cas d'absence.

Le président de la commission, Jean-François Istasse, leur a suggéré d'utiliser aussi les questions écrites et a souligné qu'il continuerait à appliquer le règlement, tout en faisant preuve de souplesse. (LEE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés