Conciliateur: les francophones insistent sur la nécessité de financer toutes les entités

Johan Vande Lanotte reçoit une nouvelle fois lundi après-midi les partis francophones dans le cadre de la mission de conciliation que lui a confiée le roi. Les partis francophones insistent tous sur la nécessité de voir l'ensemble des entités du pays, y compris le fédéral, correctement financées dans le cadre d'une révision de la loi organisant la répartition de leurs moyens.

Concernant l'autonomie fiscale, Johan Vande Lanotte a proposé un mécanisme s'inspirant du split-rate. L'ensemble des partis flamands y sont favorables et les écologistes aussi; le PS et le cdH ne l'ont pas retenu dans leurs propositions envoyées à Johan Vande Lanotte.

Vendredi, le PS a envoyé un communiqué annonçant un "geste supplémentaire sur l'autonomie fiscale". Selon Laurette Onkelinx, interrogée lundi, la question n'est pas d'approuver ou non le split-rate. "Le nom importe peu", a-t-elle dit. Selon la vice-première ministre, ce qui compte, c'est que "chaque entité puisse avoir les moyens d'exercer sa politique", y compris le fédéral qui devra financer les pensions. A cet égard, "il n'y a plus du tout de fermeture", a-t-t-elle fait observer.

La présidente du cdH, Joëlle Milquet, s'est, elle, montrée réservée à propos d'une ouverture au split-rate. "Il n'y a pas de geste nouveau du PS", a-t-elle commenté, faisant valoir que les journalistes faisaient "des interprétations" qui n'avaient pas lieu d'être. (VIM)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés