Conseil européen à Bxl: pas de compensation financière demandée à la Belgique

L'Union européenne n'imposera pas de charges financières à l'Etat belge pour le report à décembre 2013 du transfert à l'Union européenne du nouvel édifice du Résidence Palace qui abritera le siège du Conseil européen et du Conseil de l'Union.

Ce retard a été engendré par la procédure suspensive de recours activée par un candidat évincé du marché ouvert pour la rénovation et l'extension du bâtiment, a indiqué jeudi l'administrateur général de la Régie des bâtiments, Laurent Vrijdaghs.

Depuis 2002, les réunions du Conseil européen se tiennent au "Justus Lipsius", un siège devenu trop exigu au fil de l'arrivée de nouveaux Etats membres.

En 2004, le Conseil européen a accepté la proposition du gouvernement belge de lui céder le bloc A du Résidence Palace pour y aménager son siège et chargé la Régie des Bâtiments de la maîtrise d'ouvrage pour la mise en oeuvre du projet.

Le projet de l'association momentanée Philippe Samyn & Partners (BE), Valle Progettazioni (IT), Buro Happold Limited (UK), lauréate du concours, vise à restaurer une partie du bâtiment historique, datant de 1925, en plus des parties classées mais aussi à implanter une nouvelle construction à l'avant du bâtiment.

Le démarrage des travaux de construction a subi plusieurs mois de retard en raison du recours introduit par un candidat évincé du marché devant le tribunal de commerce, mais selon l'administrateur général de la Régie des Bâtiments, Laurent Vrijdaghs, la direction générale du secrétariat de l'Union européenne a accepté de ne pas sanctionner financièrement la Belgique pour ce report. (JDD)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés