Courtois: "nos principaux adversaires sont les éternels sceptiques"

Les principaux adversaires de la Belgique et des Pays-Bas pour l'organisation de la Coupe du Monde 2018 de football sont les "éternels sceptiques belges", a déclaré mardi Alain Courtois, cheville ouvrière du projet, sur les ondes de La Première. Le sénateur MR a également répondu aux critiques suscitées par les exigences de la Fédération internationale de football (Fifa).

Selon Alain Courtois, les adversaires les plus sérieux du dossier belgo-néerlandais ne sont pas la Russie ou l'Angleterre, mais bien les personnes qui ne croient pas au projet. Au début, personne n'y croyait, a-t-il rappelé. "Désormais, 5 gouvernements et 7 villes suivent le projet."

Le sénateur a appelé les différents acteurs à "oser dire que la Belgique est un pays qui réussit. Nos entreprises sont déjà championnes du monde dans de nombreux secteurs."

Alain Courtois a rappelé que la Fifa n'était pas "au dessus des lois nationales et européennes" et a assuré "qu'aucune législation ne sera modifiée en Belgique ou aux Pays-Bas." La Fifa paye ses impôts en Suisse lors de la signature des contrats avec ses partenaires. Elle demande donc à ne pas payer une deuxième fois dans le pays où la compétition est organisée, a expliqué le sénateur.

En ce qui concerne les commerces autour des stades, M. Courtois a reconnu que, dans un périmètre de 2 kilomètres, la Fifa imposait ses sponsors. "Mais c'était déjà le cas lors de l'Euro 2000 et c'est aussi le cas autour des arrivées du Tour de France."

(MDP)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés