Crise politique: la N-VA ne fait pas une croix sur la formule à sept

La formule d'une négociation de la réforme de l'Etat entre sept partis n'est pas nécessairement morte et enterrée mais la méthode de travail doit changer, a indiqué mardi le député Siegfried Bracke (N-VA) sur la VRT-Radio. Il n'exclut pas non plus l'intégration des libéraux.

Si vous constatez que la formule actuelle avec sept partis ne fonctionne pas, "il est quand même de votre devoir moral d'examiner si cela ne fonctionnerait pas avec d'autres", a indiqué Siegfried Bracke. Le député a cependant ajouté que son parti n'avait fait aucun commentaire lundi sur les partis qu'il verrait bien à la table des négociations. "Il ne faut certainement pas abandonner l'idée des sept", a-t-il précisé, insistant sur la nécessité de revoir la méthode de travail.

Le député N-VA a une nouvelle fois démenti que son parti avait un double agenda. Il a en revanche pointé du doigt le discours du co-président du groupe de travail sur le refinancement, Jean-Claude Marcourt (PS). Selon Siefried Bracke, M. Marcourt aurait estimé faisable le transfert aux régions de 50% de l'IPP. "Mais une fois à la table de négociation, il a fait valoir toute une série de considérations techniques rendant impossible sa mise en oeuvre." Sur La Première (RTBF) lundi, Jean-Claude Marcourt avait estimé qu'un partage des ressources propres à 50-50 entre Etat fédéral et entités fédérées n'était "pas inaccessible". Il avait ajouté que, dans ce cadre, l'IPP pourrait, sous conditions, être une des sources de financement des Régions. (LOD)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés