Publicité

Crise: un professeur de Harvard propose de nommer Athtisaari médiateur

Un médiateur étranger pourrait aider la Belgique à sortir de l'impasse politique, estime le professeur Robert Mnookin qui dirige le "Program on Negociation" à la faculté de droit de Havard. Interrogé dans "L'Echo", il avance un nom: celui de l'ancien président finlandais Martti Ahtisaari qui a déjà exercé ses talents en Namibie, au Kosovo, etc.

"Je suggérerais de nommer un médiateur neutre, une personne qui ne soit ni Flamande, ni francophone. De préférence une personne étrangère à la Belgique, qui serait considérée comme neutre et n'aurait aucune ambition politique dans votre pays", a-t-il expliqué.

Le rôle de ce médiateur serait faciliter les échanges et susciter un soutien public en faveur d'un compromis. "Cela peut fonctionner s'il peut arriver à un compromis suffisamment réaliste pour qu'aucun des partis ne puisse se permettre de le refuser", a ajouté M. Mnookin.

Le professeur américain relativise la portée du record du monde que détient la Belgique depuis jeudi, à savoir le nombre jours sans gouvernement. L'économie continue à tourner, les gouvernements "locaux" fonctionnent et l'Union européenne chapeaute le tout.

M. Mnookin épingle quelques uns des problèmes qui minent le système politique belge: des parties prenantes trop nombreuses, des coalitions qui changent constamment et l'absence de leader charismatique capable de souder la nation.

"L'ensemble du système politique est ainsi fait que deux peuples y cohabitent séparément, sans véritable liant. Le pays peut-il se séparer? Oui, cela pourrait arriver dans les dix prochaines années. Est-ce imminent? Non, la motivation manque encore", a-t-il conclu. (LEE)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés