De Clerck et Van Quickenborne exposent leurs programmes aux députés européens

Les ministres belges de la Justice Stefaan De Clerck et de l'Entreprise Vincent Van Quickenborne ont exposé lundi soir à Strasbourg, devant la Commission des affaires juridiques du parlement européen, les lignes de force de la présidence belge de l'Union européenne dans leurs domaines de compétences.

L'aide aux victimes constituera la première priorité en matière de justice, que ce soit dans le cadre de la lutte contre la traite des êtres humains - thème pour lequel une directive est en gestation - qu'en ce qui concerne les victimes d'abus et de dérives sexuelles ou de pédopornographie, a souligné M. De Clerck.

Les victimes de crimes, plus généralement, doivent avoir droit à une protection dans tous les Etats de l'Union, a-t-il ajouté, rappelant que la Belgique était, par rapport à bon nombre d'autres Etats membres, à la pointe dans le domaine de l'aide aux victimes.

Le renforcement de la coopération judiciaire ou encore la création d'un cadre juridique communautaire pour certains devoirs d'instruction figurent aussi parmi les priorités. "Un procureur d'un Etat doit pouvoir exécuter une décision de justice prise dans un autre Etat", a commenté M. De Clerck.

Pour lui, Eurojust, l'agence européenne chargée de renforcer la coopération judiciaire, est appelée à se développer en un "parquet européen".

Vincent Van Quickenborne, pour sa part, a assuré qu'il consacrerait 80 pc de son énergie au nouveau projet de brevet européen, actuellement extrêmement onéreux en raison des coûts de traduction. (BPE)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés