De Crem et Afghanistan: "Wikileaks est proche de la vérité"

Le ministre démissionnaire de la Défense, Pieter De Crem (CD&V), n'a pas démenti vendredi soir les révélations faites par le site Wikileaks, par le biais du journal 'De Standaaard', selon lesquelles il a lui-même fourni à la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, un certain nombre de suggestions visant à accroître la présence militaire belge en Afghanistan.

C'est "proche de la vérité", a-t-il affirmé lors de l'émission Terzake de la VRT.

M. De Crem a toutefois affirmé que dire que c'était lui faire "beaucoup d'honneur" de dire qu'il a agit de concert avec la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, pour convaincre le Premier ministre Yves Leterme d'accroître la présence militaire belge en Afghanistan.

Selon le journal 'De Standaard', qui cite sur son site internet des câbles diplomatiques obtenus par le site Wikileaks, M. De Crem a lui-même fourni à Mme Clinton un certain nombre de suggestions visant à renforcer la participation belge à la force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF), dirigée par l'OTAN en Afghanistan.

M. De Crem a nuancé le fait qu'il ait réussi à imposer sa volonté personnelle à l'ensemble du gouvernement.

La décision de rester jusque fin 2011 en Agfhanistan est une décision de l'ensemble du gouvernement, pris sur proposition du Premier ministre et des ministres des Affaires étrangères et de la Défense, a-t-il souligné.

Il a jugé normal qu'une telle décision soit précédée d'un trafic diplomatique.

M. De Crem a réaffirmé son crédo d'une Belgique "petit partenaire, mais fiable" des Etats-Unis. (KVH)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés