De Gucht s'oppose à une taxe CO2 aux frontières de l'Union européenne

Le nouveau commissaire européen au commerce, Karel De Gucht, s'est opposé mardi à l'idée d'instaurer une taxe CO2 aux frontières de l'Union européenne pour pénaliser les importations des pays moins engagés dans la lutte contre le changement climatique.

Une telle taxe "se heurtera à beaucoup de problèmes politiques", a déclaré M. De Gucht lors de son audition devant le Parlement européen. Elle risquerait d'entraîner "une surenchère au niveau global" et "une dérive dans une guerre commerciale", a-t-il dit.

"Il est clair qu'il faut tirer les conséquences au niveau commercial de ce qui se passe au niveau des négociations climatiques", a estimé le commissaire. Dans ce contexte, "il faut un approche ferme, mais qui soit en accord avec les lois du marché", selon lui.

L'idée d'un ajustement à la frontière sous forme d'une "taxe CO2" s'est renforcée en Europe après l'échec du sommet de Copenhague sur le changement climatique. Il s'agirait de pénaliser les importations provenant de pays où les entreprises sont soumises à des contraintes moindres en termes d'émissions, afin d'éviter que l'industrie européenne ne soit désavantagée par une concurrence déloyale. Cette idée est toutefois vigoureusement combattue par les partenaires commerciaux de l'UE et risque d'enfreindre les règles de l'OMC.

(WAE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés