De Wever répond moins aux questions des journalistes que Leterme

Bart De Wever contourne plus souvent qu'Yves Leterme les questions qui lui sont posées lors d'interviews. Il le fait aussi de manière plus explicite. Cette constatation est le fruit d'un mémoire d'une étudiante flamande en journalisme, Aurélie Lodewick.

Diplômée en juin dernier de la Haute Ecole Erasmus à Bruxelles, elle confirme dans un mémoire que les politiques tentent régulièrement de répondre à côté de la question, une stratégie de communication qui n'est donc selon elle pas un cliché. Cette étudiante a analysé les interviews du président de la N-VA et du premier ministre sortant dans les émissions d'information de la VRT, "Terzake", "De Keien van de Wetstraat", "Phara" et "Voor eens en voor altijd".

Selon les résultats de cette analyse, Bart De Wever parvient à ne pas répondre à 30 des 45 questions qui lui sont posées, soit 67%. "Il le fait de préférence très ouvertement. Il refuse ainsi explicitement de répondre à une question sur quatre", relève l'étudiante.

Yves Leterme élude un peu moins de questions: 26 sur 43, soit 60%, même si, précise l'étudiante, dans les faits, le nombre de 'non-réponses' est plus élevé, parce que M. Leterme a de temps en temps recours à un "petit mensonge" ou parce qu'il apparaît, après coup seulement, que l'information apportée n'était, sciemment ou non, pas correcte. Et si Yves Leterme apparaît comme plus sincère que Bart De Wever c'est qu'il développe des "stratégies subtiles en vue de passer inaperçu lorsqu'il contourne les questions", relève Aurélie Lodewick. (VIM)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés