Déclaration gouvernementale: l'intérim laisse sceptique

Le MR mais aussi Ecolo ont émis des doutes lundi, au Sénat, sur le caractère intérimaire du nouveau gouvernement. Ils attendent l'expiration du délai de trois mois que s'est fixé Verhofstadt III pour voir ce qu'il adviendra de la nouvelle équipe.

Le 23 mars, le Premier ministre Guy Verhofstadt (Open Vld) cédera sa place à Yves Leterme (CD&V/N-VA) qui conduira un gouvernement "définitif". Entretemps, le même Yves Leterme, chargé des Réformes institutionnelles, devra mener à bien les travaux du "groupe des 12" chargé des dites réformes, et Didier Reynders (MR) devra mettre sur pied un programme socio-économique.

"Personne ne peut dire ce que sera ce nouveau gouvernement. Parfois, des décisions prises au provisoire, en référé, sur base de l'urgence, peuvent se révéler terriblement définitives", a souligné la chef de groupe MR, Christine Defraigne.

Le scepticisme était le même chez Ecolo. "Un gouvernement intérimaire, ça n'existe pas", a répété le sénateur José Daras: nulle part, il n'en est question, dans la Constitution ou ailleurs, et la garantie de son caractère temporaire ne tient qu'à la promesse faite par Guy Verhofstadt de s'effacer et la pression exercée par le CD&V/N-VA pour obtenir une réforme de l'Etat.

(NLE)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés