Décret inscriptions: deux associations de parents mécontentes

Deux associations de parents nées de la contestation des décrets successifs sur les inscriptions en 1e année de l'enseignement secondaire ont fait part jeudi de leur mécontentement face au dernier projet de décret du gouvernement de la Communauté française sur les inscriptions scolaires et la mixité sociale.

Le collectif "Décret Lotto" et l'asbl Eleves craignent que ce nouveau décret n'induise, dans les prises de décision des parents, des modifications qui radicaliseront encore plus la dualisation du système éducatif, en particulier à Bruxelles.

La prépondérance des critères géographiques risque de cantonner les enfants issus de la classe moyenne "dans des 'ghettos', dans les quartiers où leurs parents habitent", déplore l'association. Le texte trahit en outre une "discrimination criante entre les 90 pc d'écoles sans problèmes et le solde de 10 pc, toutes situées à Bruxelles et dans le Brabant wallon", estiment-elles.

Les deux associations doutent que la mixité sociale soit atteinte avec un critère socio-économique basé sur l'école d'origine plutôt que sur l'élève et dénoncent la complexité du système imaginé.

"A force de compromis, les bonnes bases initialement proposées par la ministre (de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet, ndlr) ont été érodées et ce qu'il en reste aboutit à concentrer les enfants au plus près de chez eux", estiment les deux associations, qui y voient un système proche de la "carte scolaire" à la française.

Cette prise de position tranche avec celles exprimées jusqu'ici par les deux principales fédérations d'associations de parents reconnues, la FAPEO (officiel) et l'UFAPEC (catholique). (MUA)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés