Publicité
Publicité

Démission: jusqu'à présent, les Chambres ne sont pas dissoutes

Le Roi a accepté lundi la démission du gouvernement Leterme II. Il l'a chargé d'expédier les affaires courantes mais jusqu'à présent du moins, il n'est pas question de dissolution des Chambres qui mèneraient à de nouvelles élections. Le chef de l'Etat pourrait encore mener des consultations et, le cas échéant, confier des missions de médiation à l'une ou l'autre personnalité, voire désigner un formateur.