Publicité

Des condamnés libérés dès leur incarcération

"Des directeurs de prison libèrent des détenus à peine arrêtés après condamnation par défaut", affirme lundi un journal francophone qui se demande qui les y autorise.

Le quotidien relate une anecdote concernant un homme condamné par défaut à 18 mois de prison ferme pour diverses petites escroqueries, dont le tribunal avait ordonné l'arrestation immédiate. Les policiers s'étaient dès lors rendus chez lui pour l'emmener en prison mais une fois signé son acte d'opposition, indiquant son souhait d''être rejugé en sa présence, le directeur de la prison lui avait proposé de remplir des documents en vue d'obtenir un bracelet électronique, avant de le remettre en liberté.

A la suite de cette décision du directeur de prison, l'homme avait manqué rater son nouveau jugement. C'est pour s'excuser d'être en retard à ce procès que l'avocate du prévenu, Me Martine Van Praet, appuyée par Me Pierre Chomé, présent dans le prétoire, avait expliqué les pratiques du directeur de prison, en cours, selon ces conseils, dans plusieurs prisons du royaume. (DAD)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés