Des Jeunes du Parti populaire dénoncent une prise en otage du PP

La co-présidente de la section jeunes du Parti populaire Nathalie Noiret, par ailleurs suppléante à la Chambre de l'unique député du PP Laurent Louis, a dénoncé lundi soir la "prise en otage" du bureau du parti par les partisans de Mischaël Modrikamen et réclamé l'invalidation de l'éviction du co-président Rudy Aernoudt.

Des personnes convoquées à ce bureau ne font pas partie du bureau officiel, assure-t-elle.

En outre, la décision de passer d'un système de co-présidence à un système de présidence unique aurait dû être soumise au vote de l'ensemble des membres du parti en ordre de cotisation, ce qui n'a pas été le cas, ajoute-t-elle.

Pour Nathalie Noiret, qui a condamné les propos de Laurent Louis à l'égard de la politique du président français Nicolas Sarkozy vis-à-vis des Roms, à l'instar de ce qu'a fait lundi Rudy Aernoudt, "la véritable raison de l'éviction du co-président néerlandophone est le virage idéologique qu'entend effectuer le parti".

"La motivation réelle n'est plus de constituer un parti fédéral, mais bien un parti exclusivement francophone dont le but serait de défendre les francophones de Bruxelles en les dotant d'une constitution propre. Or la Belgique fédérale rénovée constitue précisément la raison d'être du parti", commente Nathalie Noiret. (BPE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés