Des membres de MSF et d'anciens Diables Rouges jouent contre le sida

D'anciens Diables Rouges et une équipe de Médecins sans Frontières (MSF) s'affrontent ce 2 juillet, place Flagey à Bruxelles, au cours d'une rencontre de football dont le but est la lutte contre le sida. La rencontre se déroulera durant la mi-temps du premier quart de finale de Coupe du Monde, Pays-Bas-Brésil. L'action est baptisée "Mi-temps. Trop tôt pour abandonner le match contre le sida".

Neuf millions de personnes dans le monde ont désespérément besoin d'un traitement contre le sida mais n'y ont pas accès. MSF voudrait profiter de l'engouement pour le Mondial afin de remettre le problème au centre des préoccupations.

"La lutte contre le sida n'est pas terminée. Nous ne sommes qu'à mi-chemin et nous ne pouvons pas abandonner maintenant", explique Christof Godderis, porte-parole de MSF qui s'occupe de 160.000 malades du sida dans le monde.

"Mi-Temps" est une campagne internationale avec des échos en Afrique du Sud, au Malawi, en Suisse, en Allemagne, en Autriche et à Bruxelles.

"J'ai plusieurs amis séropositifs", explique Leo Van Der Elst, ex-Diable Rouge et participant à l'action. "Grâce aux traitements, ils peuvent vivre une vie quasi normale. Mais les médicaments sont chers et la maladie reste comme une épée de Damoclès au-dessus de leurs tête".

Outre le cadet des frères Van Der Elst, Danny Boffin, Marc Vanderlinden, Filip Desmet et Georges Grün rechausseront, pour l'occasion, leurs crampons. (939)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés