Des traces de dopage chez des chevaux destinés à la consommation

La police et des inspecteurs de la Sécurité alimentaire ont effectué lundi dernier une descente à l'hippodrome de Mons-Ghlin, rapporte samedi De Standaard. Ils soupçonnaient que des hormones aient été administrées à plusieurs chevaux.

Une inspection similaire aurait également eu lieu au mois d'août, à Ruiselede, où des courses de chevaux sont également organisées pour les amateurs, avec des animaux qui ne peuvent participer à de grands concours.

Selon le journal, ces actions ont été menées en collaboration avec le SPF Santé publique et l'Agence pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (AFSCA), étant donné que les chevaux de course, après leur retraite, finissent souvent dans la chaîne alimentaire.

La police a effectué cette série de contrôles à la suite d'une descente dans un meeting équestre à Langdorp, en 2010, lors duquel douze chevaux avaient été testés positifs à des produits "qui constituent un réel danger pour la santé publique". "Ainsi, nous pouvons évaluer l'ampleur du problème", déclare Jan Van den Boeynants, coordinateur de la Cellule hormones de la police fédérale.

On ne dispose pas encore de résultats officiels concernant les descentes effectuées à Ghlin et Ruiselede. (VKB)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés