Dexia: accord de tous sur une décharge ou pas de décharge, dit Reynders

"Nous avons mené l'opération Dexia en concertation avec les Régions. Soit il y a un accord de tous pour donner la décharge, soit il n'y a pas d'accord de tous et dans ce cas il n'y aura pas de décharge", a indiqué mardi matin le vice-premier ministre MR Didier Reynders.

Le Comité ministériel restreint s'est réuni lundi soir et a examiné le dossier Dexia. Il est arrivé à un "accord de principe" en vue de la désignation de l'ex-homme fort de Fortis, Karel De Boeck, comme nouveau CEO de la banque résiduaire Dexia. Le Comité restreint s'est également penché sur la "décharge" à accorder aux administrateurs afin de les libérer de leur responsabilité. Des contacts doivent être pris à cet égard avec les Régions ce mardi avant l'assemblée générale prévue demain mercredi.

A ce propos, le vice-premier ministre MR Didier Reynders a fait savoir mardi matin que pour lui il était exclu que le représentant du gouvernement fédéral et ceux des Régions n'adoptent pas la même attitude.

M. Reynders était ministre des Finances sous le précédent gouvernement. "Yves Leterme (qui était alors Premier ministre) et moi-même avons mené cette opération en concertation avec les Régions. Celles-ci sont également actionnaires. Il n'est pas question que les représentants des différentes entités adoptent des attitudes différentes. Soit il y a un accord de tous pour donner la décharge, soit il n'y a pas d'accord de tous et dans ce cas il n'y aura pas de décharge".

"Le message est clair. Il n'y aura pas de décharge à la carte. Il n'est pas question que des partis qui sont au pouvoir au fédéral adoptent une autre attitude dans les gouvernements régionaux dans lesquels siègent également Ecolo du côté wallon et bruxellois et la N-VA du côté flamand", a-t-il précisé. (ALN)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés