Diplomatie: des postes fermés ici, renforcés là

Le ministre de la Coopération Charles Michel souhaite une "réforme sérieuse" du réseau diplomatique belge entre la fin de la présidence européenne de l'UE et la fin de la législature, soit début 2011, indique-t-il mardi dans Le Soir.

"L'évolution vers un monde multipolaire et la construction européenne nous contraignent sans plus tarder à une réforme sérieuse, d'autant plus importante que deux tiers de notre PIB est fondé sur nos exportations", observe-t-il.

Sur les 122 postes diplomatiques actuels, Charles Michel envisage une réduction d'une dizaine, en parallèle au détachement de personnel vers le futur service d'action extérieure de l'UE. Cela permettrait aussi de dégager 10 à 20 millions d'euros à injecter dans des pays jugés stratégiques.

Qualifiant l'ouverture du consulat de Marseille de "mauvaise décision", il se refuse toutefois de citer des noms de postes à fermer. Parmi les éléments à prendre en compte, il relève notamment le "déséquilibre flagrant", au détriment des francophones, dans les postes diplomatiques les plus importants (deux tiers/un tiers). (BPE)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés