ELECTIONS10: le PS appelle à un fédéralisme de prospérité

Le PS a appelé mardi à l'avènement d'un fédéralisme de prospérité qui doit s'articuler sur un double socle: un Etat fédéral garantissant les droits et libertés ainsi que des outils de régulation et de redistribution, notamment grâce à la solidarité interpersonnelle, et une autonomie accrue des Régions pour leur permettre d'assurer leur développement. Dans ce cadre, Bruxelles doit être placée sur un pied d'égalité avec les deux autres Régions.

"Nous ne voulons pas un Etat englué dans les tensions. Nous voulons un Etat qui fonctionne, et qui fonctionne bien, pour affronter la crise financière et ses terribles conséquences. Et c'est pour cela qu'il faut réformer l'Etat. Pour passer d'un fédéralisme de tensions à un fédéralisme de prospérité", a expliqué Paul Magnette, tête de liste au Sénat, au cours d'un congrès qui a rassemblé près de 1.000 personnes.

Le président du parti, Elio Di Rupo, a rappelé la volonté des socialistes francophones d'arriver à un accord communautaire négocié dans le respect mutuel et par des partenaires placés sur un pied d'égalité. "Nous ferons un pas vers le nord du pays et nous demandons aux collègues flamands de faire un pas vers nous. Nous voulons un accord négocié et ce n'est pas avec des ultimatums ou des injures que l'on résoudra les problèmes", a-t-il fait remarquer.

L'essentiel des interventions a été consacré aux thèmes sociaux et à la défense de la sécurité sociale. Le PS a réclamé à ce titre une augmentation de 15% des pensions minimum sous la prochaine législature. (NBA)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés