Eoliennes d'Estinnes: des opposants interpellent la Commission européenne

L'asbl Vent de raison et le comité Hurlevent, fervents opposants aux éoliennes, vont interpeller José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, et Günther Oettinger, commissaire européen à l'Energie, afin d'obtenir "l'arrêt total et définitif du parc à éoliennes" situé à proximité de leurs habitations à Estinnes, ont-ils annoncé mardi.

Actuellement, le parc compte six éoliennes de quelque 6 mégawatts chacune sur la plaine dite du "Levant de Mons", à Estinnes, et en accueillera 11 au total, selon le permis accordé par la Région wallonne en 2006.

Le parc, considéré comme un "projet-pilote", a été subsidié par la Commission européenne à hauteur de 6,17 millions d'euros.

Or, depuis que les dernières turbines sont installées, les riverains des villages avoisinants se plaignent "d'un bruit sourd et incessant" qui leur cause quotidiennement insomnies, maux de tête, acouphènes, irritabilité voire dépression, "les éoliennes se trouvant à 700 mètres de la première habitation", ont expliqué les groupes de riverains.

Ceux-ci considèrent la Commission européenne comme coresponsable de leur mal-être et ont donc décidé d'envoyer une lettre ouverte à José Manuel Barroso et à Günther Oettinger, le commissaire à l'Energie, pour l'arrêt définitif du parc "sur base du principe de prudence et de précaution".

En parallèle, "un avocat a été choisi et tous les éléments sont actuellement collectés pour être portés devant la justice", ont expliqué les membres de Hurlevent, qui estiment que "le développement durable ne doit pas se faire au détriment de l'être humain, mais être non anarchique, réfléchi et sensé". (ROJ)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés