Fernand Koekelberg: "Bruxelles ne sort pas du lot"

Bruxelles ne sort pas du lot par rapport aux autres grandes villes en matière de criminalité, a indiqué mercredi matin Fernand Koekelberg sur La Première. Le commissaire général de la police fédérale a confirmé que les vols avec violences étaient en hausse, mais il estime que c'est la concentration des derniers événements à Bruxelles qui est principalement responsable de la hausse du sentiment d'insécurité au sein de la population.

Le commissaire a expliqué que le phénomène du "Hit and Run", c'est-à-dire le fait que des bandes itinérantes originaires de pays étrangers viennent en Belgique pour commettre un vol et puis directement repartir, existait depuis quelques années. "La collaboration policière existe et fonctionne, mais elle ne permet pas, forcément, d'interpeller les personnes avant que les faits soient commis".

Le commissaire s'est dit favorable à l'augmentation du nombre de policiers dans les rues. Il a annoncé que 100 nouveaux aspirants allaient être recrutés. Ceux-ci s'engageront à travailler à Bruxelles pour une durée de cinq ans, ce que souligne Fernand Koekelberg. "Les aspirants ne connaissent souvent pas le terrain et cherchent à se rapprocher au plus vite de chez eux, ce qui constitue une difficulté supplémentaire pour Bruxelles".

En ce qui concerne la question des armes, le commissaire a indiqué que "posséder une arme ne rend pas invincible". Il a également rappelé la règle qui veut que les commerçants n'ont "jamais le droit de se faire justice eux-mêmes". (LEE)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés