Flausch: "cela devait arriver, après les attaques de la majorité", dit De Wolf

Le chef de file des libéraux au parlement bruxellois, Vincent De Wolf, a accusé mercredi la majorité politique bruxelloise d'être à la base de la démission de l'administrateur délégué de la STIB Alain Flausch.

"Ce qui devait arriver arriva", a réagi le député libéral, rappelant qu'au début de l'été les formations politiques de l'Olivier régional avaient "manifestement œuvré à porter atteinte à l'intégrité et au travail du patron des transports en commun bruxellois".

"Je peux pleinement entendre la motivation d'Alain Flausch d'abandonner aujourd'hui une fonction qu'il occupait pourtant depuis près de dix ans en raison des conflits, immixtions et entraves de plus en plus systématiques l'opposant à l'exécutif régional bruxellois", a-t-il ajouté.

Vincent De Wolf a dès lors invité le gouvernement bruxellois à "mesurer la nocivité d'un contexte n'encourageant nullement des managers qualifiés à se mettre au service de l'intérêt public bruxellois".

Il a dit attendre de la majorité régionale qu'elle procède rapidement à la succession du Directeur général de la STIB, les enjeux bruxellois en termes de mobilité et de transport public, comme l'actuelle élaboration du nouveau contrat de gestion de la STIB, ne pouvant "autoriser quelque marchandage politique".

(JDD)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés