Formateur: la future majorité est déjà à bout de souffle, dit Maingain

Le président des FDF, Olivier Maingain, estime que les atermoiements des partis associés à la négociation gouvernementale pour l'élaboration du budget 2012 exposent plus que jamais la Belgique à des risques accrus de crise économique et financière. Selon lui, c'est à tort que les partis réunis autour du formateur royal ont donné la priorité à la recherche d'accords institutionnels qui feront peser de lourdes incertitudes sur l'avenir du pays, alors que le contexte international exige que priorité soit donnée aux problèmes socio-économiques.

Parce qu'ils ont accepté le chantage des nationalistes flamands qui refusaient qu'un gouvernement belge soit formé aussi longtemps qu'ils n'obtenaient pas satisfaction sur Bruxelles-Hal-Vilvorde et une réforme ambitieuse de l'État, les partis francophones PS, MR, Ecolo et cdH ont fait le choix de la politique du pire, affirme M. Maingain dans un communiqué.

Même si un accord doit intervenir pour le budget 2012, sa crédibilité sera faible tant les affrontements entre les partis associés prouvent que la confiance n'existera pas au sein de la future équipe gouvernementale, dit-il encore.

Le seul résultat tangible de cette longue période de négociation est en faveur de la Flandre qui, grâce à la réforme annoncée de l'État, disposera des leviers, notamment fiscaux, pour travailler au redéploiement économique à son seul avantage. (PVO)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés