Formateur: les négociateurs continuent à plancher sur les économies dans les dépenses

Les négociateurs des six partis engagés dans la recherche d'un accord de majorité fédérale se sont retrouvés dimanche midi à la présidence de la Chambre pour poursuivre leur travail de préparation du budget 2012. Il se confirme que l'exercice ne sera pas terminé à l'issue du week-end. Samedi, le travail avait connu une progression lente, mais en profondeur sur le volet des dépenses.

La plupart des négociateurs se sont refusés à tout commentaire, à leur arrivée au parlement fédéral. Le président du MR, Charles Michel a insisté sur l'importance que revêtait, aux yeux des libéraux, le travail sur les dépenses.

"Nous devons faire des choix clairs: moins de dépenses et de gaspillage, et plus de soutien aux gens qui travaillent", a-t-il commenté.

Pour le Vice-premier ministre libéral Didier Reynders, "un gel des dépenses ne suffit pas". Pour le moment, on ne se contente que de ralentir la hausse des dépenses dans le secteur des soins de santé, a-t-il dit.

L'Europe attend un budget pour le 15 décembre. Cela ne signifie pas que le budget doit être voté par le parlement d'ici là, a ajouté Didier Reynders pour qui il y en a encore pour quelques jours de travail.

Le président du cdH Benoît Lutgen a affirmé que pour lui, on ne pouvait faire d'économie sur le dos des pompiers ou des policiers. A ses yeux, il n'est pas question non plus de toucher à la justice si l'on veut mener une politique de sécurité efficace.

Il semble que la journée de dimanche sera consacrée exclusivement à la poursuite du travail sur les dépenses. Ce n'est que par la suite que l'on pourra s'attaquer aux recettes et aux éventuelles nouvelles charges. (AHO)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés