GDF Suez: un accord, jeudi, au plus tard

Le gouvernement belge aurait exigé de GDF Suez, au lendemain des déclarations de Gérard Mestrallet, patron du groupe français, un accord signé sur les engagements pris de manière informelle par la maison mère d'Electrabel, pour jeudi prochain, révèle samedi un quotidien francophone.

Le Premier ministre, Herman Van Rompuy, n'aurait en effet pas l'intention de se présenter devant la Chambre des représentants, lors de la prochaine séance de questions d'actualité, les mains vides et subir un nouveau tir groupé de l'opposition.

Jeudi, à Paris, M. Mestrallet avait déclaré ne vouloir payer ni la taxe de 250 millions d'euros, inscrite au budget 2009 de l'Etat belge, ni la contribution de 250 millions d'euros à un fonds pour l'énergie renouvelable, également attendue cette année.

Le ministre de l'Energie, Paul Magnette, a d'ores et déjà prévenu le patron de GDF Suez qu'il avait 6 jours pour transformer ses engagements informels en accord signé. "Sinon, ce sera la guerre". (VAD)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés