Ghislenghien: une indemnisation rapide et adaptée (partie civile)

La défense de 70 victimes de la catastrophe de Ghislenghien a demandé vendredi au tribunal correctionnel de Tournai de ne pas tenir compte du tableau indicatif des dommages et intérêts forfaitaires pour indemniser les victimes.

Me Jean-Paul Tieleman a également plaidé pour que le jugement civil soit directement exécutoire, nonobstant tout recours des prévenus.

"Est-ce que cela va enfin se terminer? Attend-on que l'on perde la raison? Je voudrais que cela se termine vite", a renchéri à la barre, une de ces victimes qui, brûlé dans la catastrophe, a subi des mois d'hospitalisation.

Les assureurs proposent une indemnisation, hors judiciaire, aux 150 parties civiles les plus gravement atteintes. Les clients de Me Tieleman les refusent car elles se basent sur le tableau indicatif qu'ils estiment insuffisant et inadapté.

"Le pouvoir judiciaire n'est pas là pour appliquer des barèmes incontrôlables. Vous avez un pouvoir d'appréciation absolu pour évaluer le dommage", a fait remarquer Me Tieleman à l'adresse du tribunal. Pour l'avocat, les montants proposés sont trop bas. "Vingt-cinq euros par jour d'incapacité totale de travail, c'est absolument grotesque", a-t-il ajouté.

(NLE)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés