Publicité

Greenpeace attaque la position européenne sur le thon rouge

La position européenne dans les négociations internationales actuelles sur le thon rouge met en danger la survie de l'espèce, a dénoncé vendredi l'organisation écologiste Greenpeace.

Dans un communiqué, Greenpeace affirme que cette position est contraire aux accords conclus par l'Union européenne le mois dernier à la conférence sur la biodiversité de Nagoya.

Le quota de captures de 12.000 à 13.500 tonnes, proposé par l'UE, ne laisserait aux stocks de thon que 60 à 77% des chances de se régénérer d'ici 2022, selon les calculs de Greenpeace. Or, "on ne monte pas dans un avion quand on a 60 à 77% des chances d'arriver à bon port", s'indigne Saskia Richartz, responsable du dossier au sein de l'organisation.

Mme Richartz souligne que la position européenne, qui a été négociée sous présidence belge, ne tient pas compte de l'avis des commissaires européens compétents. Les Pays-Bas, la Suède et la Grèce se sont abstenus lors du vote des Etats membres, tandis que la Grande-Bretagne et l'Allemagne auraient abandonné leurs réticences sous pression de la France, de l'Espagne, de l'Italie et de Malte.

L'organisation environnementale appelle à un arrêt complet de la pêche du thon rouge en Méditerranée jusqu'à ce que l'espèce se soit complètement rétablie. (RBR)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés