Ijzerwake: plus que jamais, l'indépendance de la Flandre

Quelque 5.000 personnes se sont rassemblées samedi à Ypres, à l'ombre du monument des frères Van Raemdonk, pour l'Ijzerwake (Veillée de l'Yser), manifestation de la frange radicale du mouvement flamand, à laquelle participent traditionnellement des personnalités du Vlaams Belang.

Le président, Wim De Wit, a évoqué l'actualité politique marquée par les discussions institutionnelles.

"Jamais encore autant de Flamands n'ont voté pour un parti parti radical, national-flamand. Une Flandre indépendante doit constituer plus que jamais l'objectif à atteindre", a-t-il déclaré.

Selon lui, une responsabilité écrasante pèse sur les épaules de Bart De Wever et des négociateurs flamands. M. De Wit a plaidé pour une révision en profondeur de la loi de financement. "Si ce n'est pas possible, il ne restera qu'une conclusion: arrêtez la comédie et scindez le machin. Point final", a-t-il déclaré.

L'orateur invité était le juriste et polémiste conservateur Matthias Storme, qui a insisté sur l'importance d'une Flandre indépendante dans une Europe unie. Tant que la Flandre n'est qu'une entité fédérée de la Belgique, elle n'existe pas aux yeux de l'Europe et ne peut défendre ses intérêts, a-t-il affirmé.

L'an passé, l'invité d'honneur, Frans Crols, président du conseil d'avis du magazine Trends, avait expliqué que l'abandon de Bruxelles permettrait de lever un des obstacles les plus importants à l'indépendance de la Flandre. Aucun plaidoyer de ce genre n'a été entendu samedi. "On ne trouvera pas chez nous beaucoup de monde qui partage cet avis", a souligné M. De Wit. (MDP)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés