Immigration: Athènes demande à l'UE des patrouilles à la frontière terrestre

La Grèce a demandé à l'Union européenne de déployer des patrouilles de surveillance à la frontière gréco-turque, où un afflux sans précédent de migrants clandestins a été enregistré ces derniers mois, indiqué dimanche le ministre de la Protection du citoyen Christos Papoutsis.

"Un afflux massif de ressortissants de pays tiers tentant de pénétrer illégalement dans le pays avec l'objectif de gagner d'autres pays de l'UE est recensé quotidiennement à la frontière terrestre de la Grèce avec la Turquie", a indiqué le cabinet de Christos Papoutsis, qui est responsable de la police.

Le gouvernement grec souhaite que l'UE déploie immédiatement "ses équipes frontalières d'intervention rapide" avec le soutien de l'Agence européenne de surveillance des frontières extérieures (Frontex), dont les patrouilles maritimes ont contribué à diminuer l'afflux de clandestins par la mer.

La Grèce a présenté cette demande dans des lettres adressées à la Commissaire européenne aux Affaires intérieures Cecilia Malmström et au ministre belge de l'Intérieur Annemie Turtelboom, dont le pays assure la présidence de l'UE, a ajouté le cabinet de M. Papoutsis.

"La pression croissante des flux de l'immigration illégale sur les frontières grecques est de toute évidence un problème européen qui exige une réponse européenne", a souligné M. Papoutsis.

L'ONU a appelé cette semaine les pays de l'UE à faire plus pour alléger le fardeau de l'immigration clandestine qui pèse sur la Grèce. A l'issue d'une mission de 10 jours en Grèce, le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Manfred Nowak, a notamment dénoncé les conditions de détention "inhumaines" dans les centres de rétention surpeuplés.

(BAJ)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés