Incendie chez Mecar à Seneffe: "la vraie catastrophe, c'est pour demain!"

Les procédures en matière de prévention des catastrophes sont bien respectées, mais les moyens d'intervention - principalement humains - manquent, déplore mardi le Commandant président de la Fédération royale des corps de sapeurs pompiers de Belgique, Marc Gilbert. Il estime que, sans réforme rapide, une catastrophe surviendra inévitablement.

Il existe un type de procédure pour chaque cas de figure. La mission des pompiers commence par l'identification et l'analyse des risques. Une visite de prévention est effectuée dans chaque entreprise. A l'issue de celle-ci, un rapport est établi. Le service d'incendie élabore ensuite un plan d'intervention qui détermine les scénari possibles ainsi que les moyens - humains et techniques - nécessaires à une intervention.

"L'aspect préventif est bien respecté. Le problème est que nous manquons de moyens d'intervention. Au niveau des véhicules, la situation est encore relativement acceptable, mais nous manquons de personnel. En outre, la formation est totalement insuffisante. Nous avons urgemment besoin d'une réforme. Sinon, la catastrophe est pour demain", prévoit M. Gilbert.

Un début d'incendie s'est déclaré mardi vers 8h10 dans la chaîne d'assemblage final des munitions de moyens calibres de l'entreprise Mecar située à Petit-Roeulx (Seneffe). Le sinistre n'a pas pu être maîtrisé par le personnel sur place. De ce fait, les plans d'urgence interne et externe ont été déclenchés. (VIM)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés