Publicité

Incendies en Russie: pas d'impact mesuré sur la qualité de l'air en Belgique

Les incendies ravageant une partie du territoire russe n'ont pas d'impact mesuré sur la qualité de l'air en Belgique, a-t-on appris auprès de la Cellule Interrégionale de l'Environnement (CELINE) et de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN).

Les énormes quantités de fumées provoquées par les incendies en Russie n'ont pas d'impact sur la qualité de l'air en Belgique et ce, en raison de l'éloignement et de l'orientation des vents dominants.

Il pourrait en aller autrement si des vents très forts soufflaient depuis la Sibérie mais il s'agit d'une "hypothèse gratuite", estime-t-on à la CELINE, où l'on signale que la qualité de l'air est actuellement "bonne" en Belgique et devrait le rester dans les prochains jours.

Quant à la possibilité de voir des particules radioactives remises en suspension dans l'air, en raison des incendies en Russie, et amenées jusqu'en Belgique par les vents, elle semble être également exclue. "Pour le moment, le réseau TELERAD (le système de surveillance radiologique en Belgique, NDLR) n'a rien mesuré", déclare Christian Vandecasteele, inspecteur nucléaire à l'AFCN.

Même dans le cas où des particules radioactives de césium, issues de l'explosion de Tchernobyl en 1986, étaient remises en suspension dans l'air et amenées par les vents jusqu'en Belgique, les concentrations radioactives resteraient nettement inférieures aux concentrations observées en Belgique dans les années '60, lors des essais nucléaires, ou après l'explosion de la centrale de Tchernobyl.

"D'un point de vue sanitaire, on peut sans problème assurer qu'il n'y aura pas de risque pour la population", conclut Christian Vandecasteele. (LEE)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés