Information judiciaire après des accusations de harcèlement sexuel contre André Antoine

Une information judiciaire a effectivement été ouverte à la suite des accusations de harcèlement portées par une ancienne collaboratrice du ministre wallon André Antoine (cdH) lors de l'émission Questions à la Une (RTBf) mercredi, a confirmé le procureur du Roi de Liège, Cédric Visart de Bocarmé, vendredi à BELGA.

Dans l'émission, l'ancienne attachée de presse du ministre, qui témoignait à visage découvert, a expliqué qu'elle avait été victime de harcèlement par son employeur il y a 7 ans. Le nom de celui-ci n'était pas cité mais le rapprochement entre les deux personnes a été effectué par les media. Aucune plainte n'a jamais été déposée par la victime.

Le ministre a nié catégoriquement les faits, se réservant le droit de déposer une plainte pour calomnie. La porte-parole du ministre est injoignable ce vendredi pour confirmer cette information.

Le procureur du Roi s'est quant à lui basé sur les propos tenus par la jeune femme pour ouvrir une information judiciaire. "Je suis compétent pour traiter des infractions pénales commises par un ministre wallon. Il n'y a rien actuellement sans le dossier, sauf des suspicions. Le ministre se réserve le droit de déposer une plainte donc autant ouvrir déjà un dossier", a souligné Cédric Visart de Bocarmé.

Il précise cependant que le dossier ne contient actuellement aucun élément. "Il n'y a pas de plainte et si les faits sont avérés mais datent de plus de 5 ans, ils pourraient être prescrits. Ce n'est qu'un dossier d'information", a-t-il ajouté. (MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés