Inscriptions: le MR juge la situation cahotique mais le cabinet Simonet rassure

Le ministre de la Coopération, Charles Michel, également tête de liste MR en Brabant wallon, et la chef de file réformatrice au parlement de la Communauté française, Françoise Bertieaux, ont affirmé mardi, chacun de leur côté, que des centaines d'enfants seraient privés de leur premier choix d'école secondaire et seraient dans l'incertitude totale quant à leur inscription dans un établissement pour la rentrée prochaine. Mais au cabinet de la ministre de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet, on rejette en bloc les accusations, soulignant que la Commission InterRéseaux des Inscriptions est en plein travail d'optimalisation des demandes et qu'on ne peut donc tirer de telles conclusions.

"En l'espace de 24 heures, on nous a fait part de dizaines de cas. Il y a des centaines de familles qui sont confrontées à des difficultés. Sans doute a-t-on réussi à camoufler les files parce que politiquement, ce n'est pas correct mais le problème demeure", a affirmé M. Michel, qui réclame le retrait du décret "Inscriptions" de Mme Simonet.

Même son de cloche chez Mme Bertieaux, qui ajoute avoir été informée par de nombreux parents que leurs enfants sont sans école à Bruxelles également. Il y a actuellement près de 2.500 élèves dans ce cas et il ne reste de la place que pour la moitié d'entre eux, souligne la députée. Selon elle, on est en face de la même "bulle" d'enfants sans école que l'an dernier.

(LEE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés