Intempéries/agriculture: "il pleut quand on veut du soleil et inversement"

Les moissons sont actuellement à l'arrêt à cause des intempéries. Il ne s'agît toutefois pas d'une situation dramatique, rassure Bernard Kersten de la Fédération wallonne de l'agriculture (FWA). Le ramassage devrait reprendre lorsque le soleil pointera son nez.

"On dit que les agriculteurs rouspètent toujours mais cette année, le soleil était là quand on voulait de la pluie et maintenant la pluie arrive quand il faut du soleil", avoue Bernard Kersten.

Bernard Kersten rappelle que la situation n'est pas dramatique. "Ces dernières années, les moissons ont toujours commencé fin juillet et se sont terminées début septembre".

Cependant, les agriculteurs, au vu des mauvaises conditions climatiques, accuseront probablement une petite perte de qualité des céréales. "Certains devront peut-être déclasser leurs récoltes de céréales panifiables à fourragères (pour le bétail)", concède Bernard Kersten.

Pour le moment, les grains sont à maturité mais peu remplis à cause de la sécheresse du mois de juillet. S'ils restent trop longtemps sous la pluie, le processus de germination peut se mettre en route et avec lui une perte de poids spécifique, entraînant alors un ressenti sur le prix.

Il est en effet déconseillé de moissonner en cas d'humidité supérieure à 14,9 pc afin d'éviter les problèmes techniques sur les machines mais également les frais de séchage des céréales.

En ce qui concerne la culture des légumes, le sol étant fort sec avant le début des intempéries, il ne devrait y avoir aucune conséquence sur la qualité des produits, assure la Fédération wallonne horticole.

(EYI)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés