Irruption Greenpeace au sommet européen: la sécurité sera revue

Les sommets européens à Bruxelles bénéficieront d'une coopération plus efficace entre services de sécurité. C'est la conséquence du rapport effectué par le centre de crise du SPF Intérieur après l'intrusion de militants de Greenpeace au sommet européen en décembre. L'information se trouve mercredi dans la presse.

Onze activistes de Greenpeace, munis de fausses accréditations, avaient franchi les contrôles au sommet européen en décembre à bord de trois voitures, équipés de gyrophares bleus, avant de dérouler des banderoles, surprenant les services de contrôle.

Selon le rapport du centre de crise sur cet incident, "toutes les instances concernées arrivent à la même conclusion, à savoir qu'une certaine routine s'est installée et que la politique de sécurité n'a pas intégré suffisamment l'évolution de l'Union européenne et de ses institutions".

Le rapport promet que "l'équilibre entre le protocole et la sécurité sera rétabli par une politique de sécurité intégrée mais qui prendra en compte la qualité de vie des riverains". Une politique de sécurité intégrée sous-entend "une coopération constante entre le service de sécurité du Conseil européen, les services de la police et les responsables de toutes les délégations ".

"Le centre de crise préparera pour chaque sommet un plan d'action global", précise encore le rapport qui ajoute qu'une des nouvelles mesures qui seront prises est la limitation de l'ampleur des délégations. Les stewards qui sont membres des délégations, accompagneront la délégation et leur responsabilité sera renforcée, précise encore le rapport. (MJN)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés