L'égalité hommes-femmes est une condition de la croissance économique

L'égalité des sexes est désormais une condition préalable de croissance économique durable, via une plus grande participation des femmes au marché du travail, a souligné la ministre de l'Emploi, Joëlle Milquet, au terme d'une réunion des ministres européens de l'Egalité des chances qu'elle a présidée ces lundi et mardi.

Les nouveaux mécanismes de surveillance économique que l'Europe met en place actuellement doivent aussi permettre de réduire les inégalités entre hommes et femmes, en particulier en matière d'emploi, ont convenu les ministres européens.

La stratégie européenne UE2020 doit dès lors, via sa surveillance économique renforcée, constituer un outil de suivi strict des progrès des Etats membres en la matière, a fait observer Mme Milquet.

Les 27 ont apporté leur soutien à la stratégie quinquennale de promotion de l'égalité hommes-femmes de la commissaire européenne à la justice, Viviane Reding, présentée fin septembre.

Ils souhaitent aussi renforcer le Pacte européen en la matière sous la présidence hongroise, en précisant les objectifs d'égalité salariale et d'égalité dans la prise de décision, en mentionnant les violences fondées sur le sexe ou en conciliant davantage vies familiale et professionnelle.

Lors du Conseil des ministres européens de décembre, la présidence belge proposera notamment l'organisation d'un conseil européen thématique avant 2012, d'une année européenne de la lutte contre la violence faite aux femmes avant 2015 et d'une Journée annuelle sur l'égalité salariale.

Sur ce dernier thème, une conférence organisée ces deux derniers jours à Bruxelles dans le cadre de la présidence belge a notamment défendu le principe d'un quota de 30% de femmes dans les conseils d'administration des entreprises et pour les hauts cadres des secteurs privé et public.

(BPE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés