L'ouvrier torturé par ses collègues a déposé plainte six ans après les faits

Le parquet de Mons a réagi, jeudi matin, aux faits de harcèlement et de torture subis par un ouvrier de Mactac Soignies. Les autorités judiciaires montoises soulignent que la victime a déposé plainte en 2008, soit six ans après les faits les plus récents.

Le parquet de Mons a tenu à relativiser l'affaire de harcèlement et de violences subis par Daniel, ouvrier chez Mactac à Soignies.

"Les faits subis par la victime sont graves mais nous ne comprenons pas pourquoi elle a attendu 2008 avant de déposer sa plainte", ont indiqué les autorités judiciaires montoises. "A cet instant, l'intéressé était dans une procédure de licenciement devant le tribunal du travail. Les faits les plus récents remontent à 2002. Or, la prescription des faits porte sur 5 ans".

Daniel, ouvrier de l'usine Mactac à Soignies, a été harcelé moralement et torturé physiquement pendant plus de 10 ans par ses collègues. L'entreprise avait fourni une aide psychologique à la victime et l'avait muté dans un autre service. Vingt-cinq personnes sont inculpées de même que l'entreprise en tant que personne morale. "L'enquête et les auditions ont pris un délai raisonnable de deux ans", a ajouté le parquet montois. "Le nombre de personnes à entendre étant important".

La chambre du conseil doit rendre une décision sur la prescription des faits en janvier 2011. "Mais, sur le plan civil, la victime peut toujours initier, si elle le souhaite, une procédure pour essayer d'obtenir d'éventuels dommages et intérêts", a conclu le parquet. (LEE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés