L'Unesco va se pencher dès dimanche sur le classement des sites miniers wallons majeurs

Les quatre sites miniers wallons majeurs pourraient faire leur entrée au Patrimoine mondial de l'humanité à l'issue de la 36e session du Comité du patrimoine de l'Unesco qui se réunit à Saint-Pétersbourg du 24 juin au 1er juillet.

Les quatre sites miniers concernés sont ceux du Grand-Hornu, de Bois-du-Luc, du Bois du Cazier et de Blegny-Mine. Ils représentent, pour la Région wallonne qui à la base du dépôt de la candidature, les lieux les mieux conservés de l'exploitation charbonnière en Belgique, du début du 19e siècle à la seconde moitié du 20e siècle. Le bassin houiller wallon est l'un des plus anciens et les plus emblématiques de la révolution industrielle sur le continent européen.

"La décision devrait être connue pour le 1er juillet au plus tard", annonce-t-on au cabinet du ministre wallon Di Antonio en charge du patrimoine.

Le dossier belge fait partie d'une liste de 33 sites internationaux pouvant prétendre à l'inscription au Patrimoine mondial.

"La région wallonne sera représentée par un haut fonctionnaire à Saint-Pétersbourg. Notre dossier tient la route, ce serait magnifique pour le développement et la sauvegarde des sites miniers", s'enthousiasme-t-on au cabinet Di Antonio.

La Belgique possède déjà une dizaine de sites inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco parmi lesquels notamment la Grand-Place de Bruxelles, 33 beffrois, la Cathédrale Notre-Dame de Tournai, le centre historique de Bruges ou le Palais Stoclet. (DEL)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés