La Belgique ne poursuivra pas les pirates présumés interceptés au large du Kenya

Le parquet fédéral belge a décidé de ne pas poursuivre les sept pirates présumés interceptés lundi au large des côtes kenyanes par la frégate belge "Louise Marie" de la Marine, a annoncé mardi une porte-parole du parquet fédéral, Leen Nuyts, interrogée par l'agence BELGA. La frégate "Louise Marie" est engagée dans l'opération européenne Atalanta de lutte contre la piraterie face aux côtes somaliennes.

La frégate escortait, lundi, un navire marchand, le "MV Petra", affrété par le Programme alimentaire mondial (PAM), lorsqu'une embarcation "suspecte" a été signalée vers 14h00 à proximité des deux bâtiments. Le F931 "Louise Marie" a fait décoller son hélicoptère et a pris le cap de ce navire suspect, avait précisé lundi le service de presse de la Défense dans un communiqué.

Les sept membres d'équipage avaient été capturés et "placés sous surveillance" à bord de la frégate dans l'attente de prochaines étapes juridiques, ajoutait le texte, dans une allusion à la nouvelle loi belge sur la piraterie votée début de l'année.

Le gouvernement belge avait voté le 14 janvier dernier une loi déterminant le cadre juridique de la lutte contre la piraterie lors d'une intervention dans les eaux internationales.

Le parquet fédéral n'a pas souhaité commenter les motivations de sa décision de ne pas poursuivre les pirates présumés. Le Kenya, pour sa part, devrait engager des poursuites.

(EYI)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés