La CGSP "scandalisée" par les propos du général Delcour

Le secrétaire permanent de la CGSP-Défense, Patrick Descy, s'est dit samedi "scandalisé" par les propos tenus la veille par le chef de la Défense (CHOD), le général Charles-Henri Delcour, qui avait regretté que les normes d'ordre et de discipline de l'armée semblaient être devenues incompatibles avec les lois ou avec les conventions signées par la Belgique.

"Comment un Chef de la Défense peut-il dire ouvertement, dans un état de droit, pendant la présidence belge de l'Union européenne, que les droits de l'homme sont un obstacle à la bonne gouvernance de son armée? ", s'est interrogé M. Descy dans un communiqué adressé à l'agence BELGA.

De tels propos sont "inacceptables pour la CGSP", ajoute-t-il. D'autant que la Cour constitutionnelle a rendu en septembre un arrêt à la suite d'une question préjudicielle du Conseil d'Etat et qui dit que notre Constitution et les droits de l'homme ne sont pas respectés avec la discipline militaire, poursuit le syndicaliste socialiste.

Selon M. Descy, ces propos (du général Delcour) "sont encore bien plus exceptionnels que ceux du colonel Luc Gennart, qui avait dénoncé la "flamandisation" de l'armée. Ce qui lui avait valu d'être sanctionné, notamment par une mutation prématurée. Mais le Conseil d'Etat a annulé vendredi cette mesure d'ordre.

"Si un officier (le colonel Gennart) n'avait jamais fait une telle sortie, un chef de la Défense n'avait jamais dit quelque chose d'anti-démocratique et stupide", a conclu le responsable de la CGSP-Défense. (GGD)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés