La colocation a le vent en poupe, surtout à Bruxelles

En ces temps de crise, la colocation a de plus en plus le vent en poupe et l'offre n'arrive pas à suivre la demande. Ce sont surtout les étudiants et les jeunes actifs qui sont séduits par la formule, qui bat son plein principalement à Bruxelles, selon une étude du CRIOC (Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs).

La colocation concerne 300.000 Belges, soit 4 pc de la population. Il s'agit souvent de consommateurs fragilisés par le contexte économique actuel qui optent pour la formule de la colocation afin d'économiser sur le loyer, poste de dépense très important, particulièrement à Bruxelles.

L'offre n'arrive d'ailleurs pas à suivre la demande. Pour quatre demandeurs, on dénombre seulement trois offres.

La tendance ne se limite en effet plus aux étudiants ou jeunes actifs, elle devient aussi une solution pour les quadragénaires après un divorce ou une séparation, souligne le CRIOC. Les seniors se tournent également vers cette formule, même s'ils sont encore peu nombreux.

Le désir d'échapper à la solitude est également une motivation. Deux personnes en colocation sur cinq déclarent que c'est aussi une manière agréable d'élargir leur cercle d'amis et de connaissances.

Parmi les consommateurs qui ont déjà essayé la colocation eux-mêmes, les trois quarts déclarent qu'ils en gardent de bons souvenirs, ajoute le CRIOC.

(CYA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés