La crise met les associations dans la dèche

Plus de la moitié des ASBL ont dû réduire leurs coûts depuis la crise économique de 2008 et plus d'une sur quatre a été obligée de prendre des mesures en terme de personnel, selon une étude menée pour la Fondation Roi Baudouin relayée par la Libre Belgique mercredi.

Un quart des associations ont connu une chute de leurs revenus annuels, tandis qu'ils sont restés stables pour quatre ASBL sur dix. Une association sur trois a même vu ses revenus augmenter. Les grosses structures résistent mieux à la crise.

Une association sur quatre a ressenti un recul des dons par les particuliers, tandis que la moitié d'entre elles n'observent pas de différence. Les associations culturelles sont les plus touchées par les reculs de dons et subsides.

Plus de 25% des ASBL ont dû prendre des mesures concernant le personnel à cause de la crise. Une association sur trois a dû licencier, la moitié des associations a fait appel à plus de bénévoles, un quart a diminué les horaires et un cinquième est passé au temps partiel.

Plus de la moitié des ASBL ont dû réduire les coûts après la crise, notamment en supprimant la version papier et l'envoi du rapport annuel ou par les frais de déplacement.

En 2005, les ASBL employaient près de 428.000 équivalents temps plein.

L'enquête a été réalisée auprès de 315 responsables d'ASBL belges, entre le 8 et le 29 avril. La marge d'erreur est de 5,5%. (VIM)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés