La Flandre veut promouvoir le biomonitoring en Europe

Le gouvernement flamand profitera de la présidence belge de l'Union européenne pour promouvoir au niveau européen le biomonitoring, soit la surveillance des substances polluantes assimilées par le corps humain, un domaine dans lequel elle est en pointe, a annoncé jeudi le ministre flamand de la Santé Jo Vandeurzen.

Depuis plusieurs années, les concentrations dans le corps humain de PCB, des substances provenant des pesticides et des métaux lourds, etc, sont mesurées selon cette technique au nord du pays.

Récemment, les concentrations en substances polluantes issues notamment des produits de soin, les aromatisants et autres parabène, bisphénol A ou phtalate, ont été ajoutées au biomotoring flamand.

Jeudi, le Point d'appui Environnement et Santé de l'administration flamande a présenté un cadre de référence qu'elle a développé dans ces domaines. Les résultats seront transmis au gouvernement fédéral, compétent pour autoriser la commercialisation de produits contenant des substances chimiques.

La Flandre compte profiter de la présidence belge de l'Union européenne pour introduire au niveau européen le biomotoring appliqué aux politiques environnementales et de la santé.

"Le traitement par phases des résultats d'analyse des substances polluantes présentes dans le corps humain, tel qu'il existe en Flandre, est unique en Europe", a fait valoir Jo Vandeurzen. (EYI)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés