La formation pour les présidents de cours d'assises pose problème à Liège

Dès janvier prochain, il faudra avoir suivi une formation spécifique pour présider une cour d'assises, formation dont seront dispensés ceux qui en ont déjà présidé au moins dix. Une mesure qui pose question et risque de poser problème à Liège, peut-on lire samedi dans l'édition liégeoise du quotidien Le Soir.

"Il est arbitraire de croire qu'avec une formation on pourra faire aussi bien que quelqu'un qui a présidé quelques cours d'assises. Cette mesure résulte d'une vision bureaucratique pas très réaliste ! Et à Liège en tout cas, elle pose problème", indique le procureur général, Cédric Visart de Beaucarmé.

Il semble en effet que peu de présidents aient derrière eux les dix cours d'assises requises et sont donc disponibles directement. Les présidents de la dizaine de procès en assises à venir à Liège avaient par ailleurs déjà été désignés avant que ne tombe l'arrêté, et s'ils sont tous expérimentés, ils n'ont pas forcément les dix cours d'assises requises. Il faudra dès lors tout réorganiser.

Au cabinet du ministre de la Justice Stefaan De Clerck, on renvoit vers l'Institut de formation de la justice, qui a fixé la date de la formation au 15 décembre prochain pour les magistrats liégeois. (CYA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés